Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Après la vie de Harry Potter en livre puis au cinéma voici sa biographie chantée !

18 juillet 2006

Comme si les pouvoirs magiques et l’immortalité acquise via la littérature (sans compter les sept films prévus) n’étaient pas assez, le sorcier le plus populaire du monde peut ajouter une autre brindille à son balai.

Harry Potter se voit dédier une aria.

Selon Tiffany Moon, trente-cinq ans, on lui consacrera bien plus bientôt. En ce moment, le compositeur a achevé un opéra solo sur Harry Potter. Il est le premier d’une œuvre plus titanesque encore de ce qu’elle envisage comme un opéra en sept parties basé sur la saga de JK Rowling.

Moon qui est à la fois professeur de piano et de chant au studio de Rancho Bernardo, est une sorcière ambitieuse. Elle voit ce projet comme « quelque chose qui lui prendrait au moins dix à quinze ans de sa vie. »

Cela pourrait être encore plus rapide car tout dépend des caprices de ceux qui détiennent les droits des œuvres de JK Rowling. Pour le moment, Moon a reçu un « non » à sa demande d’ajouter son œuvre “The Harry Potter Opera Cycle” dans la liste des adaptations officielles des livres.

Pourtant, la réponse de la Warner Bros (qui détient tous les droits pour les adaptations cinématographiques selon l’accord de JK Rowling.) l’a plus « encouragée que blessée » parce qu’elle semble plutôt laisser entrevoir la possibilité que l’auteur puisse changer d’avis un jour.

« Je n’arrive pas à concevoir l’idée qu’elle reste camper sur ses positions ad vitam aeternam. » a déclaré Moon. « que l’auteur d’une saga qui a suscité le plaisir de lire chez n’importe quel enfant refuserait l’adaptation de ses œuvres en opéra pour faire vivre ce même plaisir pour une autre forme d’art tout aussi noble ? »

Donc, qu’elle lise simplement entre les lignes ou qu’elle se batte contre des moulins à vent avec enthousiasme, Moon continue de composer. La plupart de son épopée potterienne, la musique et le libretto, est déjà dans sa tête.

Selon Moon, vous devez être un moldu pour ne pas voir que la saga Harry Potter se prête aussi à l’opéra.

« En quoi la saga ne pourrait-elle pas être rendue de manière lyrique ? » demande-t-elle « C’est la quintessence même de l’épopée. Il y a le héros qui ne sait même pas qui il est, qui a dû s’adapter à sa condition au sein du monde des Sorciers et dont le mentor est mort avant qu’il puisse passer le flambeau. »

« Il y a de magnifiques histoires d’amour, des conflits. Il y a un parfait combat entre le Bien et le Mal mais le côté mauvais de l’être humain ressort aussi. Ce sont ces quelques petites choses qui rendent l’histoire intéressante et réaliste. »

Adapter la saga (dont le septième volet et vraisemblablement le dernier est attendu l’année prochaine) comme un cycle semblait normal - autrement dit une seule pièce pour chaque roman. En particulier depuis que, comme le remarque Moon ; chaque livre est très différent. Le style musical du cycle est inspiré en partie par des traditions musicales écossaises et galloises ; ce qui convient à Moon qui voit cela comme l’ambiance générale de Poudlard. Mais les Européens orientaux ont également un rôle à jouer ; parce que « l’univers de Harry Potter est très mystérieux - comme celui des tziganes » dit-elle. (Cela fait écho également aux origines lithuaniennes, russes et tchèques de Moon.)

Les tonalités éthérées d’un harmonica de verre, mélangées avec des carillons et des cloches, forment un leitmotiv représentant la magie.

Si tout va bien, Moon pense donner à ses jeunes étudiants l’opportunité de jouer et de chanter pour la première fois son œuvre, surtout parce qu’un petit groupe est fan de Harry.

Moon, qui est née à La Jolla et qui a été diplômée par the Academy of Our Lady of Peace in Normal Heights, dirige à elle seule une académie de danse, de langue et de musique appelée l’institut des arts et des lettres. Mais elle s’est intéressée à la musique relativement tard, en prenant des leçons à l’université et au final elle a changé de voie après des études longues mais infructueuses en comptabilité.

Sa décision a bouleversé sa famille, mais elle signale, « j’ai rencontré mon père biologique bien plus tard, et il joue du piano. Cela a sûrement un lien avec la mémoire génétique. » Elle est sortie de l’Université de San Diego avec en poche des diplômes en musique et en linguistique en 2000.

Même quand elle continue d’enseigner, Moon reste toujours une étudiante. Elle s’exerce maintenant pour la prêtrise druidique, et s’inscrit pour préparer un doctorat en métaphysique. Sa dissertation, dit-elle ; portera sur les états cognitifs induits et la musique »

Peut-être cette formation l’aidera-t-elle à placer JKR dans l’état cognitif nécessaire à un "oui », pour le plus grand plaisir de Moon.

Des choses plus étranges se sont produites. (Au moins dans l’esprit d’un moldu.)

Reste à savoir comment les Sorciers vont accueillir cette nouvelle. Nul est besoin de rappeler que Harry Potter a connu une période trouble dans les médias car toute la communauté magique était saturée à force d’entendre son nom, de voir à chaque une d’un journal un évènement le concernant de près comme de loin.

Merci à la presse Moldue : Sign on San Diego et à Smokman pour leur contribution.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :