Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Comment Harry peut-il vaincre Lord Voldemort ?

24 août 2006

Parmi les questions que tout le monde se pose au sujet du tome sept, celle-ci est bien l’une d’entre elles : comment Harry peut-il vaincre le Seigneur des Ténèbres ?

Nous savons qu’au cours du septième tome, Harry partira en quête des Horcruxes afin de les détruire. Ces Horcruxes, au nombre de 7 selon Dumbledore, renferment chacun une part de l’âme de Vous-Savez-Qui et sont disposés dans ces objets, selon Dumbledore toujours :

- Le journal de Tom Elvis Jedusor
- La bague de Gaunt
- Le médaillon de Serpentard
- La Coupe de Poufsouffle
- Un objet de Serdaigle ou Gryffondor
- Nagini
- Voldemort

Il devient donc évident que Harry doit affronter Lord Voldemort pour détruire l’ultime Horcrux. D’une part, en s’en tenant à la prophétie : « ...et l’un devra mourir de la main de l’autre car aucun d’eux ne peut survivre tant que l’autres est en vie... », et d’autre part, à l’incroyable désir de Lord Voldemort de tuer Harry en personne (tome 6, chapitre 28) « Avez-vous oublié les ordres ? Potter appartient au Seigneur des Ténèbres. Nous devons le lui laisser ! », alors l’affrontement semble inévitable.

Donc si l’affrontement doit avoir lieu, comment va-t-il se dérouler ?

Les baguettes magiques

Déjà, l’un d’eux devra résoudre le problème du Priori Incantatum. Les deux baguettes magiques étant jumelles, elles ne peuvent agir l’une contre l’autre. Il faudra donc que l’un des deux change de baguette, et là plusieurs options sont possibles :

Commençons par Lord Voldemort. La remontée de sortilèges l’ayant surpris au cimetière, je doute qu’il refasse deux fois la même erreur. Il changera peut-être de baguette, et là, la disparition de Mr Ollivander est suspecte. Tome 6, chapitre 6, nous savons que le fabricant de baguettes disparaît, le magasin vide et sans trace de lutte. Lord Voldemort a-t-il kidnappé Mr Ollivander et pris les baguettes avec lui ? D’accord, il y’a absence de traces de lutte... peut-être que Mr Ollivander à tout bonnement déserté son magasin en le vidant au préalable ? Mais face à Lord Voldemort, si celui-ci est venu chercher le fabricant en personne, cela signifie-t-il qu’il doit obligatoirement y avoir des traces de luttes ?

Justement, cette absence de trace de lutte n’est-elle pas plutôt le signe que Lord Voldemort est passé par là et non ses Mangemorts ?

Le constat est rapide, où que passent les Mangemorts, destructions et dégradations les suivent (lors de la Coupe du Monde dans le tome 4, au Ministère dans le tome 5, puis dans le tome 6, à Poudlard, le soi-disant Ouragan du Sud-Ouest, et on peut donc aussi supposer qu’ils sont responsables du kidnapping de Florian Fortâromes vu l’état de sa boutique).

Alors que là où passe Lord Voldemort, c’est plutôt l’absence de preuves qui prime, laissant derrière lui l’endroit net et tel quel, dont on ne peut pas soupçonner que c’est lui l’auteur : par exemple, (tome 4, chapitre 1) lors du triple meurtre dans la maison familiale des Jedusor, aucune porte forcée, rien n’a bougé, la maison est resté intacte, aucun désordre. (Tome 2), le meurtre de Mimi Geignarde dans les WC, (tome 6), le meurtre de Hepzibah Smith. On peut aussi ajouter le meurtre de Amélia Bones que les policiers moldus ne parviennent pas à résoudre, en supposant que ce soit bien Lord Voldemort le responsable. Les deux seules confrontations où il a dérapé et causé des dégâts, sont contre les Potter avec la destruction de la maison et celle contre Dumbledore au Ministère.

Ces deux affrontements pourraient alors réduire à néant la théorie comme quoi il ne laisse jamais de traces derrière lui, mais dans les deux cas, un imprévu est survenu.

Dans la maison des Potter, son objectif premier était Harry. Avec la trahison de Peter Pettigrow, il se rend donc à Godric’s Hollow, et tue les parents de Harry. Jusque là, la maison est encore debout :

« - Lily ! Prends Harry et va-t’en ! C’est lui ! Va-t’en ! Cours je vais le retenir...

Quelqu’un qui trébuchait ... Une porte qui s’ouvrait à la volée...Le gloussement d’un rire suraigu... » (tome 3, chapitre 12)

Dans ce passage là, « quelqu’un qui trébuchait », n’est autre que James Potter qui tombe sous l’effet de l’Avada Kedavra lancé par Lord Voldemort. Il entre ensuite dans la pièce où se trouve Lily Potter :

« -Non, pas Harry, je vous en supplie ! Ayez pitié... Ayez pitié...

Une voix suraiguë se mit à rire, la femme hurla, et Harry n’entendit plus rien du tout. » (tome 3, chapitre 9).

Rien ne semble indiquer que la maison est détruite alors qu’il tue les parents, puisque les portes continuent de s’ouvrir et que Harry n’entend aucun autre fracas. Comme il arrive à entendre le trébuchement d’une personne, alors il devrait donc entendre le bruit de la maison s’écrouler si celle-ci se délabre durant l’affrontement des parents contre Lord Voldemort. J’en conclue donc que la destruction de la maison arrive après la mort des parents de Harry, donc au même moment où Lord Voldemort lance son sortilège contre Harry. Le retournement du sortilège détruit non seulement Vous-Savez-Qui, mais aussi la maison. Dans ce cas là, il n’avait pas prévu que Lily Potter doterait Harry d’une protection.

Au Ministère, l’objectif de Lord Voldemort est la prophétie, mais là non plus, il n’avait pas compté que la prophétie allait se casser. Et malgré les mises en garde de Bellatrix, il ne comptait pas non plus sur la venue de Dumbledore.

L’option Harry maintenant. Il partira à la recherche des Horcruxes, et comme Mr Ollivander a disparu, il lui sera difficile de refaire une baguette. Mais peut-on utiliser la baguette de quelqu’un d’autre ? A priori oui, puisque Sirius est capable de désarmer Hermione et Harry avec la baguette de Ron, de même qu’il est capable de lancer un sortilège avec la baguette de Rogue pour que Croutârd réapparaisse sous sa véritable nature (tome 3, chapitre 17 & 19).

A la fin du tome six, avant que Dumbledore ne meure : « il vit la baguette de Dumbledore s’envoler en décrivant un arc au-dessus des remparts » et on ne la revoit plus, même pas à l’enterrement alors qu’elle devrait accompagner le défunt. A supposer que Harry la retrouve si elle est restée derrière les remparts, serait-il en mesure de l’utiliser contre Vous-Savez-Qui ?

Admettons que le problème des baguettes magiques soit résolu et que le duel ait lieu, comment va-t-il se passer ?

L’affrontement

... Et bien, très mal pour Harry. En supposant que le dernier tome dure un an, comme tous les tomes précédents, (je doute que JK Rowling fasse traîner la quête des Horcruxes durant dix années), et que la confrontation ait lieu au final, alors Harry sera déjà âgé de 17 ans, il sera donc majeur.

Lors de la résurrection de Lord Voldemort en 1995, la protection qui coulait dans les veines de Harry se retrouve elle aussi dans les veines de Seigneur des Ténèbres. Cette protection mise en place par Lily Potter lors de son sacrifice, est annihilée lorsque Queudever prélève le sang de Harry qu’il verse dans le chaudron «  que le sang de l’ennemi... pris par la force... ressuscite celui qui le combat » (tome 4, chapitre 32). Voldemort est donc capable de le toucher alors qu’avant il ne pouvait pas, d’où le retournement de son sortilège en 1980.

Grâce à Dumbledore, la protection qu’avait donné Lily à son fils a été prolongée durant 15 ans, se renouvelant chaque année lors d’un séjour chez Pétunia Durlsey. Malheureusement, cette protection est sur le point de s’achever, lorsque Harry atteindra sa majorité.

Harry va donc se retrouver démuni de toute protection dans cet affrontement.

D’autre part, Harry fait-il vraiment le poids face à Voldemort ? Ce n’est qu’un jeune sorcier, il n’a que 17 ans, dont seulement six années d’étude à Poudlard, la septième il n’aura pas le temps de la faire puisqu’il décide de ne pas revenir à Poudlard. Comment à 17 ans peut-il vaincre le plus puissant des mages noirs ?

Voldemort est bien plus expérimenté que lui, d’ailleurs le seul qu’il ait toujours craint est Dumbledore. Ces deux sorciers, bien que très opposés, sont considérés comme les plus puissants sorciers. Dumbledore ne le cache pas (tome 5, chapitre 37) : « Je savais que la connaissance de Voldemort en matière de magie dépasse sans doute celle de tous les sorciers actuels. Je savais que même mes sortilèges les plus complexes et les plus puissants ne seraient pas invincibles s’il retrouvait tous ces pouvoirs ». Il n’y a qu’à voir la bataille au Ministère dans le tome 5 pour avoir une petite idée de l’étendue de leurs pouvoirs. Harry, lui, bien qu’il ait quelques prédisposions en Défense contre les Forces du Mal, est très loin d’avoir ce potentiel, et à son âge, Voldemort était sur le point de créer ses Horcruxes.

En définitive, dans un combat singulier, Harry ne fait pas le poids.

A moins que, comme dans tous les tomes précédents, Harry ne reçoive un coup de main. Dans le premier tome, la protection de sa mère l’aide à combattre le professeur Quirell. Dans le deuxième, c’est Fumseck qui vole à son secours en lui apportant l’épée de Godric Gryffondor. Dans le troisième, il n’affronte pas Lord Voldemort en personne, mais l’un de ces Mangemort, et là il reçoit l’aide de Sirius et Lupin. Dans le quatrième livre, il doit son salut au Priori Incantatum et à l’apparition des échos de ses parents. Dans le cinquième tome, c’est au tour des membres de l’Ordre du Phénix et surtout de Dumbledore. Pour finir, dans le sixième tome, c’est Lord Voldemort lui-même qui le protège en donnant l’ordre à ses Mangemorts de le laisser vivant.

Mais alors quelle sera cette aide ? A nouveau, plusieurs hypothèses se présentent... mais je me concentrerai sur deux possibilités uniquement. Peut-être y en a-t-il plus, mais je crois que c’est déjà suffisant. Après tout, ce ne sont que des suppositions, et comme JK Rowling l’a déjà dit, on se rapproche de la vérité, puis à force de rajouter d’autres idées, alors on finit par dévier complètement. Donc restons dans le domaine du plausible, bien qu’avec la magie... beaucoup de choses soient possibles.

Première hypothèse :

Voilà quelques semaines, nous avons eu la confirmation de la part de JK Rowling que Dumbledore était définitivement mort. Ne doutant pas de la sincérité de JK Rowling, alors il faut se rendre à l’évidence que Dumbledore est désormais mort et qu’il repose tranquillement dans sa tombe blanche sur les pelouses de Poudlard pour toujours.

Mais revenons un peu en arrière, à la nuit où il fut assassiné plus précisément (tome 6, chapitre 27). Harry, immobilisé, est dissimulé sous sa cape d’invisibilité et voit toute la scène. D’ailleurs, pourquoi Harry doit-il voir cette pénible scène ? Pourquoi Dumbledore veut-il que Harry participe malgré lui ? Pourquoi l’avoir immobilisé ? Dumbledore quant à lui est dans l’impossibilité de se défendre, il n’a plus de baguette et il est fébrile à cause de la potion qu’il a bu dans la caverne. Harry voit donc Drago Malefoy arriver, puis c’est au tour des autres Mangemorts, puis finalement l’arrivée fatidique de Severus Rogue.
Cependant, un petit détail important n’est pas à négliger dans cette scène :

« - Severus ...

Rien, au cours de cette soirée, n’aurait pu autant terrifier Harry : pour la première fois, Dumbledore avait un ton suppliant. »

Cette scène ne vous rappelle-t-elle rien ?

En 1997, Severus Rogue, sa baguette magique en main, donc en position de force, se tient devant sa future victime. La victime, ici en l’occurrence, Albus Dumbledore n’est pas de taille à affronter son futur assassin et donc le supplie. Harry immobilisé ne peut intervenir, mais voit toute la scène.

En 1981, Lord Voldemort est un puissant mage noir redouté de tous, il est beaucoup plus puissant que la majorité des sorciers. Alors qu’il est sur le point de tuer Harry, Lily s’interpose mais il n’a pas l’intention de la tuer. Bien que très jeune, Harry participe involontairement à la scène et ne peut intervenir étant donné son tout jeune âge, cependant, il en garde quelques bribes :

« - Pas Harry, pas Harry, je vous en supplie, pas lui !

- Pousse-toi, espèce d’idiote...Allez, pousse-toi...

- Non, pas Harry, je vous en supplie, tuez-moi si vous voulez, tuez-moi à sa place... » (tome 3, chapitre 9).

Ces deux scènes, bien que 16 années les séparent, révèlent une certaine symétrie. Dans les deux cas, Harry est l’observateur malgré lui et ne peut intervenir. D’un coté nous avons les victimes, qui ne sont pas de taille à affronter leur adversaire. Lily Potter n’est pas en mesure de battre Lord Voldemort, et Dumbledore, faible et désarmé, n’est pas non plus en mesure d’échapper à Rogue. Tout deux doivent peut-être se sentir condamnés... d’ailleurs aucun ne montrent une quelconque résistance, « tuez-moi si vous voulez, tuez-moi à sa place », alors que Dumbledore se contente de murmurer : « Severus... ». Malgré leurs supplications, tout deux meurent dans les mêmes conditions, tués par le sortilège de la mort.

Puis nous avons l’assassin, qui est tout d’abord réticent : Lord Voldemort lui dit bien de se retirer, sa volonté n’était donc pas de la tuer. Dans le cas de Rogue, au cours de cette nuit, rien n’indique qu’il est tout d’abord hésitant. Mais une autre phrase, (tome 6, chapitre 19) que Hagrid surprend entre Rogue et Dumbledore dans une discussion :

« -Alors j’ai simplement entendu Rogue dire à Dumbledore qu’il avait un peu trop tendance à penser que tout allait de soi mais que lui -Rogue- n’avait peut-être plus envie de le faire...

- Faire quoi ?

- Je ne sais pas trop, Harry. Apparemment, Rogue trouvait qu’il avait trop de travail, c’est tout -et Dumbledore a répondu d’un ton sec qu’il avait accepté et que c’était comme ça. »

On ne sait pas vraiment de quoi ils parlent, ni de quoi il s’agit...mais Rogue est hésitant, il est peut-être même sur le point de se désister. Une chose est sûre, c’est que ces deux là nous mijotent quelque chose.

Dumbledore a toujours eu une confiance inébranlable en Rogue, malheureusement pour nous, nous n’en connaissons toujours pas la raison. De cette confiance, Rogue en est venu à devenir espion au compte de l’Ordre du Phénix après le retour de Voldemort. Au début du tome 6, chapitre 2, Rogue fait le Serment Inviolable avec Narcissa Malefoy, il promet de veiller sur Drago pendant que celui-ci essayera de réaliser sa mission. Ensuite, il promet de le protéger. Et pour terminer, Narcissa ajoute que si son fils échoue, alors il doit aussi poursuivre la mission. A ce moment là apparaît un détail important :

« la main de Rogue tressaillit dans la sienne mais il ne la retira pas » puis la question est suivit d’un « instant de silence » avant qu’il ne donne sa réponse.

Par ces deux hésitations, Rogue nous démontre clairement qu’il n’est pas certain d’aller jusqu’au bout. Mais Rogue a-t-il connaissance du plan à ce moment là ?

Sur cette question, mon avis est que non, il ne le connaît pas. En prétendant le connaître, il essaye simplement de tirer quelques informations en plus. Et de toute façon, qu’a-t-il à craindre ? Si Narcissa et Bellatrix viennent à en parler à Lord Voldemort, alors elles se trahiront elles aussi : « -Le Seigneur des Ténèbres m’a interdit d’en parler, poursuivit Narcissa ». Il fait donc semblant de connaître le plan, d’ailleurs, ces premières répliques sont assez banales. Cependant il doit tout de même se douter de quelque chose d’important vu l’état de Narcissa. Rogue doit commencer à comprendre l’ampleur du plan lorsque Narcissa révèle : « Comment y parviendra-t-il alors que le Seigneur des Ténèbres lui-même...personne n’a encore réussi... ». Et là seule chose que Lord Voldemort n’ait jamais réussi, c’est tuer Harry Potter. Mais Rogue se fait piéger dans son propre jeu au moment où Narcissa lui propose le Serment Inviolable. Face aux deux sœurs, il est obligé de se soumettre. Si il avait refusé, il se serait trahi lui-même. Ne sachant pas vraiment dans quoi il s’embarque, Rogue accepte les termes du Serment.

En supposant que Rogue travaille réellement au sein de l’Ordre, alors il se doit de parler de ce Serment à Dumbledore. Au cours de l’année, à un moment ou à un autre, ils doivent arriver à la conclusion que c’est Dumbledore la cible de Drago. Or tout le monde connaît les effets du Serment Inviolable lorsqu’on ne tient pas parole. Deux issues sont donc possibles : Rogue meurt en ne tenant pas sa promesse ou alors Dumbledore meurt de la main de Drago, ou de Rogue si ce dernier ne se décide pas.

Quoi qu’il arrive, une des deux possibilités aura lieu, sonnant l’heure fatidique de l’un d’entre eux. Alors plutôt que d’attendre cette heure, pourquoi ne pas la préparer tout en aidant Harry pour ces prochaines épreuves ?

Nous connaissons tous la solution finale, Dumbledore meurt de la main de Rogue. Il le tue de sang froid, ne marquant aucune hésitation contrairement à Drago. Et si justement il ne marquait pas d’hésitation pour paraître encore plus crédible ? Rogue a eu un certain temps avant de se faire à l’idée qu’il devait tuer Dumbledore si ils ont préparé un plan. Et marquer une hésitation aurait plutôt trahi Rogue, ce geste aurait semé le doute parmi les Mangemorts présents.

De cette première hypothèse, nous pouvons donc tirer deux conclusions.

Première conclusion :

Le plan entre Dumbledore et Rogue est mis en marche. Mais comment aider Harry ? En quoi la mort de Dumbledore peut-elle apporter une aide à Harry, alors que celui-ci le considère comme un père.

La scène sur la tour en symétrie à celle de 1981 pourrait nous donner un début de réponse. Tout comme Lily Potter, Albus Dumbledore supplie Rogue de le tuer. D’un certain point de vue, cela pourrait s’apparenter à un sacrifice. Un sacrifice comme l’a fait Lily afin de sauver son fils.

En tuant Lily ce soir là, sans le vouloir, Lord Voldemort dote Harry d’une protection. « Le sacrifice de ta mère avait fait de ce lien du sang le plus puissant bouclier ». Mais cette protection est sur le point de s’achever, lorsque Harry aura atteint ses 17 ans, alors pourquoi ne pas recréer une protection similaire ? Ce pourrait être l’une des raisons pour lesquelles il oblige Harry à rester au sommet de la tour et à regarder la scène ?

Harry et Dumbledore n’ont peut-être aucun lien de sang commun, mais Dumbledore a veillé au bien être de Harry durant quinze années de sa vie, tout en prolongeant la protection de sa mère. Par amour pour son fils, Lily Potter était prête à se sacrifier, mais Dumbledore en serait-il lui aussi capable, par amour envers Harry ? Je pense que la réponse est oui, l’explication qu’il donne à la fin du tome 5 (chapitre 37) afin de préserver Harry me parait suffisante notamment cette phrase : « Or, s’il se rendait compte que nos relations étaient -ou avaient toujours été - plus proches que celles qui existent traditionnellement entre un directeur d’école et son élève... », ainsi que cette description à la fin du même chapitre : « Harry leva les yeux et vit une larme couler sur le visage de Dumbledore puis disparaître dans sa longue barbe argentée ». Et cet amour est réciproque : « Harry voyait plus clairement que jamais comment ceux qui l’aimaient s’étaient dressés devant lui, les uns après les autres, pour le défendre, sa mère, son père, son parrain et enfin Dumbledore, tous résolus à le protéger » (tome 6, chapitre 30).En se sacrifiant au sommet de la tour, ce soir là, il est capable d’apporter une nouvelle protection pour Harry, peut-être bien plus forte que celle de sa mère.

« Mais ce que je savais aussi, c’était que Lord Voldemort avait une faiblesse. J’ai donc pris ma décision. Tu serais protégé par une magie ancienne qu’il connaît mais qu’il méprise, une magie qu’il a toujours sous-estimée - à ses dépens. » (Tome 5, chapitre 37)

Pourquoi ne pas réutiliser la faiblesse de Lord Voldemort ? D’ailleurs comment sera-t-il au courant si une protection a été créée ? Les deux seuls à être au courant de ce plan, si un tel plan existe, ce sont Rogue et Dumbledore qui avaient tout manigancé depuis le début. Ce soir là, sur la tour, Harry est caché sous sa cape d’invisibilité. Personne d’autre que Dumbledore (et peut-être Rogue) n’est au courant qu’il est là. Les Mangemorts présents, quand à eux, confirmeront que Rogue a bel et bien tué Dumbledore, et Rogue, grâce à l’Occlumancie pourra cacher la véritable raison de ce meurtre à Lord Voldemort.

Avec une telle protection, Harry se retrouverait alors moins démuni lorsqu’il devra affronter le Seigneur des Ténèbres.

Deuxième conclusion :

En admettant que Harry ne reçoit pas une nouvelle protection, alors il devra recevoir un coup de main le jour où il affrontera Voldemort. Mais quel sorcier peut se montrer aussi compétant que Dumbledore ?

Après le meurtre de Dumbledore, Rogue apparaît aux yeux de tous comme un Mangemort. En dépit de cet acte, il va gagner la confiance de Voldemort. Comment Lord Voldemort pourrait-il encore douter de lui après l’avoir débarrassé de son plus grand ennemi ? Quand à Rogue, en très bon occlumancien, il peut facilement lui cacher la vérité.

Cette fois-ci, le schéma s’inverse. En 1981, c’est Peter Pettigrow, l’inséparable compagnon des Maraudeurs qui trahit ces amis pour les donner à Lord Voldemort. Et si en 1998, c’était Severus Rogue qui trahissait Lord Voldemort pour mieux le donner à Harry ?

A ce moment là, il a tous les atouts possibles. Etant recherché par la plupart du Ministère pour la mort de Dumbledore, il doit bénéficier de la protection de Lord Voldemort, en même temps qu’il bénéficie de sa confiance. Au moment qu’il jugera opportun, (peut-être durant la confrontation entre Harry et Lord Voldemort), alors il choisira de trahir son maître. Lord Voldemort ne doit pas s’attendre à une telle traîtrise après ce qu’il a fait pour lui.

Qui mieux placé que Rogue peut aider Harry ? Rogue, ou peut-être devrais-je dire le Prince de Sang-Mêlé, maîtrise autant les Défenses contre les Forces du Mal (il enseigne cette matière dans le tome 6 et se révèle être assez compétant) que la magie noire. Il est peut-être moins expérimenté que Dumbledore, mais il connaît bien son adversaire, sans compter l’effet de surprise.

En conclusion, Harry peut soit recevoir une protection similaire à celle de sa mère par Dumbledore, ou alors il reçoit l’aide d’une personne qu’aucun sorcier ne soupçonnait jusque là, c’est-à-dire Rogue. Cependant, il existe une deuxième théorie.

Deuxième hypothèse :

En oubliant complètement la première théorie, Dumbledore a une entière confiance en Rogue et donc il devient espion au sein de l’Ordre du Phénix. Seulement, Rogue n’a pas vraiment oublié les vieilles habitudes, et il se révèle que le discours qu’il tient à Bellatrix Lestrange dans le tome 6 (chapitre 2) n’est rien d’autre que toute la vérité. L’hypothèse du triple agent si vous préférez.

A la fin du tome 6, Rogue voyant Dumbledore affaibli et Drago incapable de le tuer, alors il le tue de sang froid, sans aucune hésitation... et reçoit toute la gloire que devait normalement recevoir Drago.

Rogue était donc finalement un traître, un véritable Mangemort, et avec la mort de Dumbledore, Harry se retrouve seul à confronter Lord Voldemort.

Avec une telle hypothèse, Harry se retrouve donc véritablement seul. Qui d’autre pourrait l’aider ? Les membres de l’Ordre ? Bien qu’ils soient eux aussi de remarquables combattants, je doute qu’ils fassent le poids. On remarque vite dans le tome 5, que face à une horde de Mangemorts, ils sont quelque peu débordés. Seul l’arrivée de Dumbledore stoppe les Mangemorts. Alors on imagine mal les membres de l’Ordre affronter Lord Voldemort sans que ce soit une hécatombe. Certains d’entre eux sont jeunes, jamais ils n’ont connu la Première Guerre, et d’autres commencent à devenir un peu trop vieux.

Quelle solution reste-t-il alors à Harry, car seul il ne fait toujours pas le poids face à Lord Voldemort ?

Le sacrifice peut-être...

Vous conviendrez que tout cela n’est que suppositions, on est peut-être très loin de la vérité, comme on peut-être tout proche. Nous ne détenons pas la solution, seul JK Rowling la possède.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :