Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Coupe du Monde 2006 : mercredi 19 et jeudi 20 juillet.

21 juillet 2006

Mercredi 19 Juillet

GIF - 5.1 ko

10h, Eleni Maria Bolani lâche les balles qui s’élancent dans le un ciel déjà illuminé par le soleil. L’air est lourd, il fait chaud. Comme partout en Europe, la canicule est présente au Cap Malin. Evidemment, il aurait été facile de lancer un sort pour rafraîchir l’atmosphère, mais cela aurait été immanquablement détecté par les moldus. Il a donc fallu se retrouver dans un stade rempli, au milieu d’une chaleur humaine, qui de supportable au début de la rencontre est devenue intolérable au fur et à mesure que le soleil montait dans le ciel.

Le climat s’est fortement ressenti sur les joueurs de l’équipe Islandaise plus habitués à des températures approchant zéro. Cela leur a demandé un effort supplémentaire qui a avantagé l’équipe anglaise qui, ont peut désormais le dire a nettement dominé son adversaire en marquant presque deux fois plus d’essais que l’Islande.

On retiendra surtout une magnifique attaque ou Lydia York, David Wakefield et Maureen Branch, les 3 poursuiveurs anglais, se sont jeté à corps perdu sur les 3 arceaux en se passant rapidement la balle. Désemparé, le gardien n’avait d’autre choix que de manquer ce but magnifique.

Le vif est attrapé par l’Angleterre à la 182e minute, lui donnant la victoire 260 à 60.

GIF - 4.5 ko

On attend beaucoup de la Chine après sa prestation plsu que convaincante face à l’Angleterre jeudi dernier. Malgré sa défaite, elle a su tenir tête a une équipe toujours aussi prestigieuse. En revanche le Samoa avait déçu face à l’Irlande, pays organisateur de cette coupe du monde. CE match sera -t-il l’avènement de la nouvelle génération des pays fraîchement convertis au quidditch sur d’autres plus anciennement conquis ?

Le match débute lentement sans action forte. La balle reste aux mains des poursuiveurs de chaque camp sans jamais atteindre la surface de but. Les batteurs chinois ont en revanche une possession des cognards plus important que leurs homologues samoans. Mata’afa Alesana, capitaine a ouvert le score pour les îles Samoa. Les Chinois sont décidés à ne reien céder. Ils rendent la vie dure aux poursuiveurs en les matraquant de cognards. Pio Mualia est blessé à la tempe (interruption de jeu de 6 minutes).

Les Samoans creusent un écart pourtant ténu au début du match. Au bout de la 2e heure, ils mènent par 110 contre 60. A la 3e, ils mènent de 280 à 100. Le vif est attrapé à la 317e minute donnant la victoire aux Samoans par 350 contre 110.

GIF - 5.1 ko

20h, tous les supporters que compte l’Irlande se sont retrouvés dans les tribunes du stade principal. En effet, pour la 2e fois, le match se déroule à 20h, et tous, une fois leur journée terminée suivent, soit en direct, soit à travers les réseaux de transmissions magiques.

Ils n’ont pas dû être déçus. Le match a été rapide, vif et dynamique. Même si les équipes étaient de niveau comparable, la progression dans le score n’a pas été régulière. Au contraire, l’Irlande a entamé seule une progression fulgurante montant jusqu’à 50 contre 0 dans les premières 45 minutes, mais le Brésil s’est à ce moment repris, en conjuguant les efforts de 2 de ses poursuiveurs en attaque alors que le 3e faisait diversion dans un premier temps avec les souafle, puis déstabilise la défense en faisait jouer les batteurs.

A la 90e minute, L’Irlande mène toujours, mais l’écart s’est réduit à 70 contre 40. C’est là qu’on remarque l’influence que peuvent avoir les supporters dans un stade. Galvanisés par les encouragements de la foule agglutinée sur les gradins, avec la fraîcheur nocturne commençant à arriver, l’Irlande se mobilise pour gagner. Ce qu’elle fait 310 à 110, en ayant marqué quelques buts supplémentaires, et attrapé le vif à la 149e minute.

Jeudi 20 Juillet

GIF - 5 ko

Le voila. Pour nos confrères de « Sorcière Hebdo », ce sera le match de l’année. Non pas que ce soit du beau sport, au contraire, l’esprit du sport soufflait bien au large des côtes irlandaises ce jour là. L’entraîneur haïtien a en effet déclenché la polémique en déclarant à la sorti du match : « Ce n’est un secret pour personne, les Japonais jouent comme des trolls, vous avez vu ce qu’ils ont fait de mon équipe ? ».

Il existe un seul adjectif pour qualifier ce match : violent. En effet, même si Haïti n’était pas le favori, le Japon n’a pas supporté qu’il ouvre le match sur sur une attaque pourtant simple. Peut-être les Japonais voulaient-ils ancrer dans la mémoire collective leur statut de nation ayant adopté le quidditch de longue date ?

Toujours est-il qu’ils ont blessés plusieurs joueurs, dont le capitaine Ertha Cédras, et que le gardien a littéralement été dégommé par un cognard pour laisser la place aux poursuiveurs nippons.

La stratégie s’est révélée payante puisque l’attrapeur haïtien, craignant probablement pour sa santé s’est abstenu de piquer dans le camp japonais lorsque le vif s’y trouvait, laissant ainsi la victoire à ses adversaires 280 à 90 en 123 minutes.

GIF - 5.7 ko

16h, les 2 pays se connaissent de longue date et ont appris à profiter des moindres faiblesses de l’équipe opposée. C’est d’ailleurs à un match magnifique auquel nous assistons. L’Espagne semble connaître parfaitement la faille dans la défense au dessus du niveau des buts du côté gauche entre le batteur Rolando Villafuerte et le poursuiveur latéral Mario Aragon. Inversement, le Pérou a joué au mieux des problèmes de coordination dans la récupération du souafle.

Ce match nous montre que le quidditch comporte aussi une part de réflexion : c’est parce que l’analyse du jeu péruvien par les Espagnols était plus fine et plus approfondie que ces derniers ont gagné 210 à 40 en 68 minutes.

GIF - 5.4 ko

Quel gardien ! Le Congo doit être absolument pétrifié devant les prestations de Denis Kasabuvu. C’est à se demander comment il a été sélectionné. Les mauvaises langues se délient d’ores et déjà pour affirmer qu’il serait le petit-fils de la tante par alliance de l’ex-femme du sélectionneur ; nous ne mangeons pas de ce pain-là. Toujours est-il que Kasabuvu reste une énigme.

Tout au long de ce match, Kasabuvu semble attiré par l’arceau opposé à celui par lequel entre le souafle. A un point tel qu’il se murmure qu’il aurait été ausculté par les médicomages à la demande de l’Association Internationale de Quidditch pour vérifier s’il n’aurait pas subi un sortilège de confusion.

Résultat, le Luxembourg gagne haut la main 390 à 40 en 111 minutes.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :