Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

[Critique] Harry Potter et le Pince-sans-rire

16 juillet 2009

Une critique du film Harry Potter et le Prince de sang-mêlé Attention, REVELATIONS !

Minuit, l’heure du crime.
Crime ? Non, juste ressortie de la séance du film Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, qui pour un premier jour affichait des salles complètes, même aux heures les plus tardives.

Certains crieront peut-être « au crime ! » en sortant du cinéma, pour ma part, je trouve que le film s’en sort plutôt bien. Comme d’habitude, il est clair et net que jamais nous n’aurons tous les détails du livre dans un film, ce serait beaucoup trop long. Vous trouverez sûrement que mon point de vue n’est pas objectif, cependant, j’ai depuis longtemps fait la dissociation entre livres et films, et même si à chaque fois je sais de quoi il en va, je ne peux arrêter de m’émerveiller.

D’une part, toujours par ces décors fantastiques, somptueux et tous ces petits détails qui le rendent si magique (la boutique des frères Weasley, les livres qui volent dans la bibliothèque… ), le retour du Quidditch (j’adore ! Même s’il est devenu un sport beaucoup plus violent en comparaison aux quatre autres opus – pour rappel, il n’y en avait pas dans le 5ème), les effets spéciaux, et plein d’autres détails…

Concernant l’histoire, globalement, on retrouve presque toutes les intrigues qui composent le tome 6, même si elle ne sont pas autant approfondies ; certaines sont même survolées. Tout commence par une attaque de Mangemorts, dans le monde sorcier et moldu, nous plongeant directement dans une ambiance de guerre. Mais cette ambiance s’effrite vite à mon goût, une fois arrivés à Poudlard, comme l’avait dit David Yates, ce sont les hormones qui prennent le relais… et on peine à croire qu’il y a une guerre à l’extérieur. Cependant, l’attaque du Terrier nous remet un peu dans le bain.

De ce film, j’ai apprécié l’humour, beaucoup plus présent que dans les autres volets. Je crois que jamais je n’ai autant ri devant un Harry Potter, que ce soit par les répliques, les situations ou la mise en scène. Une ambiance légère – très en contraste avec celle de guerre.

Comme il m’est impossible de tout citer, je vais plutôt m’attarder sur les séquences qui m’ont déçue – il est plus facile d’en parler :

Dans la série, je mettrais en premier point le baiser entre Harry et Ginny. Un véritable tollé… je m’attendais à ce que l’on n’ait pas cette scène après le match de Quidditch (ce serait un peu trop redondant avec celle de Ron et Lavande), du coup, je l’attendais avec une certaine impatience après le passage du Sectumsempra… et là, je suis restée bouche bée… tellement c’était minable. Peut-être que je m’attendais à un baiser comme celui de Cho et Harry en plus fougueux encore…

Une autre scène aussi est celle de la mort de Dumbledore. Tout comme celle de Sirius, trop rapide, on n’a pas vraiment le temps de s’émouvoir. Autant celle de Cédric Diggory était très bien maniée, plusieurs personnes pleuraient en sortant de la salle, et même après avoir vu le Dvd, on en tire toujours une larmichette. Ici, rien. J’ai bien pleuré en lisant le livre, j’espérais pleurer devant l’écran, mais là, rien, décevant.

La musique. Si par moments elle prend un place importante, je dirais 2 ou 3 fois, elle ne tire vraiment pas son épingle du jeu. Normalement, une musique est là pour accompagner les images, leur donner plus de sensations, de sentiments… et bien là, tout comme dans le 5, je ne l’ai pas trouvée très faramineuse. Je dirais que par moment, elle manque de vitalité, de punch pour donner plus de sensations au plan, du coup, ça reste un peu plat.

Au niveau des acteurs, beaucoup de progrès dans le jeu du trio – Ron est brillant dans la scène où il est sous le charme de Romilda Vane après avoir mangé la boite de chocolats. Les autres acteurs s’en sortent bien aussi – Dumbledore par exemple, Rogue et McGonagall, toujours, même si on ne les voit pas trop… - et les nouveaux sont fantastiques, notamment Horace – qui reste très fidèle au personnage du livre – et Lavande – totalement insupportable ! Cependant, on notera l’absence des Dursley.

En conclusion, parce qu’il faut bien finir et qu’il commence à se faire tard, ce sixième film est vraiment pas mal, léger, avec de l’humour. Je l’ai beaucoup apprécié. Quant à savoir si c’est le meilleur, il faudrait que j’y retourne pour voir plus amplement les détails… une seule fois ne suffit pas.

N’oubliez pas que vous aussi vous pouvez donner votre avis sur le forum de la Gazette.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :