Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Demi-finales

6 août 2006

Mercredi 03 Août

Souvenez vous il y’a quelques semaines, au début de la Coupe du Monde, lorsque notre reporter interviewait la mascotte Guiness au sujet de ces pronostics pour la finale :

« Je pense que la France ira en finale. S’ils continuent à jouer comme ça, les Irlandais ont toutes les chances d’y être eux aussi. Irlande - France est un bon pronostic ».

Il s’avère que Guiness n’était pas très loin de la vérité, sauf que le match France/Irlande ne se dispute pas pour la finale, mais pour les demi-finales. On retrouve donc ces deux équipes à 20h00 sur la pelouse du Carrauntuohill Stadium sous l’œil attentif de l’arbitre qatari Sharif Bajamal. Ce soir, une seule équipe parviendra à se qualifier pour la finale. Il faut savoir que la France n’a plus gagné de Coupe du Monde depuis 1962, grâce au légendaire attrapeur Léonard Lafarge, alors que la dernière victoire Irlandaise remonte à 1994.

Au coup d’envoi, Triona Kieran et Claire Cerf se jettent sur le Souafle. La poursuiveuse française est plus rapide et réussit à subtiliser le Souafle à l’Irlandaise. Elle fonce directement vers les buts irlandais, passe à de Fornel qui continue dans la même lancée qu’elle. Susannah Sproul tente de stopper l’action en se mettant devant son chemin, prête à leur envoyer un Cognard, mais Christelle Gorin qui surveille de près l’action est plus rapide qu’elle. Elle renvoie son Cognard sur la batteuse irlandaise qui l’esquive de justesse perdant en même temps le contrôle de l’autre Cognard. Avec cette action, Gorin vient de donner quelques précieuses secondes à de Fornel pour poursuivre sont chemin sans être interrompu. Les Cognards sont maintenant derrière lui, de Fornel accélère, il esquive Conor Quigley, et passe à Jeanne Veysset qui vient tout juste de le rejoindre. Veysset poursuit dans la même lancée que ces deux coéquipiers, se dérobant de ces adversaires, elle arrive devant les buts à toute allure et tir ! Le Souafle file à la vitesse d’un boulet de canon... Emer Brophy, la gardienne, ne peut arrêter ce tir et le Souafle traverse l’anneau !

Dix à zéro pour la France en moins de trois minutes. C’est incroyable, on dirait une autre équipe ! Le match contre les Samoans leur à de toute évidence ouvert les yeux sur les failles de leur jeu.

Le match se poursuit, les Français sont toujours aussi agressifs dans leurs attaques, lentement mais sûrement, le score grimpe en faveur de l’équipe de France avec 50 à 20. L’équipe irlandaise n’a pour le moment brillé d’aucun exploit, à part ces deux buts marqués par Quigley, et Emer Brophy rencontre bien des difficultés à stopper tous ces boulets de canon.

Dans les gradins, c’est l’euphorie du coté français tandis que du coté irlandais, les supporters encouragent leur équipe en entamant ces mêmes chants traditionnels qu’on avait entendu pour le match des quarts.

Quoi qu’il en soit, il semblerait que l’équipe de France soit en train de mettre en difficulté les Irlandais en ce début de match. Mais on a vu les Irlandais se relever de pires situations... et ce serait mal les connaître que de dire qu’ils sont en train de se faire laminer.

Et en effet, à la 89ème minute, le jeu prend une toute autre tournure, sonnant le glas des belles attaques françaises. Christopher Lorigan, le batteur, décide qu’il est temps d’imposer le jeu irlandais... l’équipe française a déjà assez joué. Lorigan se place alors devant Kieran qui détient le Souafle. À coups de batte, renvoyant Cognard sur Cognard, il lui fraye un passage jusqu’aux anneaux adverses. À cet instant, le batteur Guillaume Delorme va commettre l’irréparable. Voulant mettre hors d’état de nuire Lorigan, Delorme lui renvoie un Cognard. Lorigan, qui se trouve alors dans la zone de tir, ainsi que Kieran et le Souafle, parvient à rediriger le Cognard grâce à un magnifique effet. Renvoyé à toute vitesse le Cognard va heurter le gardien François Barbot qui n’a pas eu le temps de l’esquiver.

Barbot reçoit le Cognard en pleine tête et tombe de son balai. Delorme, qui ne se trouve pas loin, se lance derrière lui afin de le rattraper, il est suivi de Lorigan et Kieran qui se dépêchent aussi de le rattraper. À eux trois, il parviennent à le déposer au sol, où une nuée de Médicomages se précipitent pour le soigner. Pendant ce temps, Bajamal siffle un temps mort. Temps mort qui ne dure pas plus d’une minute, les Médicomages sont tous du même avis, le verdict tombe : fêlure du crâne. L’équipe de France devra poursuivre le match à six joueurs, sans gardien.

À partir de là, tout devient facile pour l’équipe irlandaise alors que tout devient compliqué pour l’équipe française. Delorme et Cerf sont chargés de défendre les buts, mais lorsqu’il ne reste plus qu’un batteur et deux poursuiveurs sur le terrain face une Attaque en Faucon irlandaise, la ligne défensive est bien vite percée.

Le score commence à rapidement grimper pour l’équipe irlandaise. À la 112ème minute, le score est de 120 à 50, et plus le temps passe, plus l’écart se creuse.

Le seul espoir pour l’équipe de France est que Jean-Marc Perrachon mette au plus vite la main sur le Vif d’or. Mais Anna Belcher, de dix ans l’aînée de Perrachon, a bien plus d’expérience sur le terrain que le jeune attrapeur français, et l’œil bien rodé. Elle repère donc en premier le Vif d’or, se lançant à sa poursuite, elle parvient à l’attraper bien avant Perrachon, donnant ainsi la victoire à l’Irlande par 310 à 50 au bout de 134 minutes.

Vendredi 04 Août

Les créatures peuplant les bois des Monts Wicklow ne sont pas près de dormir ce soir. Et pour cause, les hurlements et les applaudissements des supporters s’élèvent jusqu’à la cime des plus hauts arbres, alors que les joueurs viennent tout juste de faire leur apparition sur le stade. Ils sont suivis de l’arbitre suisse, Thomas Elsner, qui surveillera ce match chargé de tension, pour ces deux grandes équipes dont la rage de vaincre est aussi féroce l’une que l’autre.

D’ailleurs, ces deux équipes possèdent chacune un atout de qualité. L’équipe bulgare peut compter sur son jeune prodige, Ivan Komarev. Ce jeune garçon issu du Vrasta, tout juste âgé de 16 ans, joue au poste de poursuiveur et tient la tête du classement avec 97 buts rien que pour cette Coupe du Monde. Du coté norvégien, c’est Oddvar Mohn qui est la vedette. Âgé de 22 ans, ce grand blond, 1m 92 pour être exacte, a le parfait physique de l’attrapeur. Léger et rapide, aucun Vif d’or ne lui échappe... sauf quand les Portugais jouent les grenouilles.

Le match débute à 20h00 sous un tonnerre d’applaudissements, à en réveiller un géant ! Le stade est plein à craquer, les supporters sont extrêmement déchaînés, et les joueurs se jettent immédiatement sur les balles à leur envol. Ce sont les Bulgares qui s’emparent en premier du Souafle. C’est incroyable, dès que Komarev tient le Souafle entre ses mains, ne serait-ce que pour une passe, les supporters bulgares s’animent instantanément. Le Souafle est toujours entre les mains bulgares, ils rencontrent quelques difficultés à traverser la ligne défensive norvégienne mais tiennent bon pour le moment. Joli coup de batte de Jens Ottersen, son Cognard heurte Entchev qui perd le Souafle. Celui-ci est récupéré par Savabini, cette fois le Souafle est entre les mains norvégiennes. Savabini n’a aucun mal à se faufiler dans la ligne défensive bulgare, il poursuit jusqu’aux anneaux où il fait face au gardien Luka Avgustinova qui stoppe son tir. Cette première tentative de but par les Norvégiens n’aboutit pas, mais ils ne semblent pas perdre espoir pour autant. Car cinq minutes plus tard, c’est au tour de Riekeles de se retrouver seule devant le gardien qui stoppe à nouveau le tir. Décidément, les Norvégiens ont le plus grand mal à trouver la faille de Luka Avgustinova. Cependant, toutes ces tentatives ne semblent pas trop plaire aux joueurs bulgares, qui sont bien décidés à traverser cette ligne défensive une bonne fois pour toute. C’est Komarev qui détient le Souafle, déterminé, il esquive Riekeles, les buts ne sont plus très loin. Lovaas lui envoie un Cognard qu’il évite soigneusement grâce à une Roulade du Paresseux, et il arrive enfin devant les anneaux de Torbjorn Herigstad. Autant vous dire que la foule est incontrôlable en ce moment du coté des gradins bulgares. Komarev ajuste son tir et... marque !

La Bulgarie ouvre le score après 24 longues minutes de tentatives. Le match se poursuit et la Norvège parvient enfin à trouver la tenue à adopter devant Avgustinova à la 37ème minute, avec l’égalisation de Jersatd. La tension commence sérieusement à monter maintenant, les deux équipes ont trouvé comment adapter leur jeu à celui d’en face, et le temps entre deux buts se réduit à quelques minutes ; cependant, la Bulgarie est toujours en tête. Elle n’a que quelques buts d’avance, pas encore assez pour inquiéter la Norvège qui s’accroche.

À la 119ème minute d’un jeu en surtension, tant pour les joueurs que pour le public (le score étant de 160 à 130), le Vif d’or se montre enfin. Les attrapeurs se lancent à la poursuite de la petite balle d’or, un silence s’installe l’espace de quelques secondes, la foule retient son souffle. Puis c’est l’explosion, les supporters à nouveau survoltés acclament et encouragent leur attrapeur respectif. Kossev et Mohn sont maintenant au coude à coude, mais on dirait que Mohn prend de l’avantage... c’est exact, il dépasse Kossev et s’empare du Vif d’or !

La Norvège se qualifie pour la finale ! Le score final est de 280 à 160, Mohn ayant encore pris l’avantage avec son physique fluet. On se retrouve donc avec une finale Irlande/Norvège pour cette Coupe du Monde 2006. Du coté bulgare, c’est une énorme déception, malgré la très belle performance de Ivan Komarev durant tout ce mondial. On les retrouvera dimanche soir, pour le match de la troisième place contre la France.

C’était Lna depuis l’Irlande pour les demi-finales.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :