Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Huitièmes de finale : deuxième journée

2 août 2006

En l’honneur de l’anniversaire de Harry Potter, tous les matchs ont commencé par la même figure regroupant les joueurs des deux équipes sur le point de s’affronter, et recréant les initiales du "Survivant", HJP.Hassan Mostafa, président de l’Association Internationale du Quidditch, a déclaré que "sans Harry Potter, la Coupe du Monde n’aurait sans doute pas pu avoir lieu. Celle de 1994 avait été fortement perturbée par les partisans de Vous-Savez-Qui, alors même que sa renaissance n’avait pas encore eu lieu. Si Harry Potter n’avait pas accompli une lutte acharnée contre Vous-Savez-Qui, nous aurions dû annuler cet événement pour des raisons de sécurité ; le moins que nous puissions faire était ce petit hommage. De plus, la préparation de la figure a exigé que des équipes adverses travaillent ensemble, ce qui a certainement poussé les joueurs à se respecter davantage, et à jouer de manière plus propre." Et effectivement, les fautes étaient rares aujourd’hui.

Fin de carrière pour Gwenog Jones. La capitaine de l’équipe du Pays de Galles avait déclaré qu’elle se retirerait lorsque son équipe serait éliminée de la Coupe du Monde ; c’est maintenant chose faite. À 38 ans, la batteuse a décidé de s’arrêter, et de prendre deux années sabattiques avant de revenir aux Holyhead Harpies, cette fois-ci en tant qu’entraîneuse.

Le dernier match de Gwenog Jones lui aura au moins permis de briller. Le Pays de Galles n’avait pas été qualifié en 2002, et c’est en grande partie grâce à Gwenog Jones qu’ils ont cette fois-ci atteint la phase finale. Éliminés par les champions en titre, il n’y a aucun regret à avoir. L’équipe d’Angleterre était la meilleure, tant sur le papier que sur le terrain, mais Gwenog Jones et ses coéquipiers ont eu l’occasion de prouver qu’ils méritaient leur place en huitièmes.

Dès la quatrième minute, il a semblé que le Cognard lancé par Jones allait être fatal à Peter Harvey, l’Attrapeur anglais, dont la Roulade du Paresseux avait échoué lorsqu’il essayait d’éviter le Cognard. Après plus d’une demi-heure de soins intensifs, les Médicomages ont réussi à lui rendre l’usage de son bras, et il est revenu sur le terrain. Malheureusement pour les Gallois, le Vif n’avait pas fait son apparition pendant ce long laps de temps.

Jones semblait profiter de son dernier match pour tenter diverses nouvelles figures : c’était sa dernière occasion pour trouver un mouvement qui pourrait être baptisé "frappe de Jones" ou "batte à la Gwenog". On l’a même vue placer des effets sur les Cognards qu’elle frappait, tâche extrêmement difficile à cause du poids et de la vitesse de ces balles. Le public a rugi lorsqu’elle s’est glissée derrière les buts de Kathryn Aggleton et a fait passer un Cognard à travers l’anneau de but, l’envoyant droit sur l’Anglaise Maureen Branch qui n’a pas eu d’autre choix que de lâcher le Souafle.

Certains commentateurs ont décidé de nommer cette figure la retraite de Gwenog, dû au fait que quelques instants plus tard, Peter Harvey, pleinement rétabli, attrapait le Vif d’Or à l’autre bout du terrrain. Malgré la victoire anglaise 430 à 310, Jones a quitté le terrain sous les applaudissements du public et de ses adversaires.

L’Australie n’avait pas convaincu dans ses matchs de poule, ne terminant en tête que grâce à sa large victoire face au Cameroun. Le Brésil non plus n’avait pas brillé, et sa qualification n’est due qu’à la déconcentration des Luxembourgeois lors de leur dernier match. Le Brésil a fini par l’emporter médiocrement, 230 à 170, et leur match de quarts, contre l’Irlande, leur sera certainement fatal.

Horacio Diaz était de retour dans l’équipe péruvienne, mais toujours afaibli par sa morsure de dragon lors du match contre l’Espagne. L’entraîneur a certainement senti que le remplaçant Javier Portal n’était pas à la hauteur pour une équipe telle que l’Ouganda, triple champion d’Afrique, et a préféré faire revenir son joueur vedette. Certains lui reprocheront sans doute ce choix : le bras gauche de Diaz ne pouvait toujours pas bouger librement, et les Poursuiveurs ougandais ont pu enchaîner les buts. Rapidement, ils menaient 240 à 70. Jaime Lucci a visiblement aperçu le Vif à ce moment-là, mais l’attraper n’aurait pas suffi à faire gagner le Pérou ; il a donc passé la suite du match à divertir son homologue ougandais, Robert Hudani, espérant que le Pérou parviendrait à rattraper une partie de son retard. Mais plus le temps passait, plus l’Ouganda menait, et Hudani a fini par comprendre le petit manège de Lucci. Voyant Lucci se précipiter une fois de plus sur le flanc Ouest du terrain, Hudani a décidé de ne pas le suivre, et est parti à l’Est. Il a rapidement trouvé le Vif, que Lucci avait aperçu longtemps avant lui, mais ne pouvait pas se permettre d’attraper. Score final : 860 à 180 pour l’Ouganda

Ce match entre deux grandes équipes promettait d’être un des huitièmes de finale les plus haletants de la Coupe. Il l’aurait été, si Ivan Kossev n’était pas si doué. Une minute trente après le début du match, il s’est rendu compte que le Vif d’Or était coincé dans des brindilles à l’arrière du balai de l’arbitre Seok Jae Kim. Ne laissant même pas le temps à Komarev de terminer son action, il s’en est emparé, provoquant le courroux de l’arbitre, mais la victoire 150 à 0 de la Bulgarie.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :