Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Les clins d’oeil et symboles dans ’La Chambre des secrets’ illustré par Jim Kay

26 décembre 2016

Nous vous avions proposé à sa sortie une critique de Harry Potter et la chambre des secrets illustré par Jim Kay. Nous l’avons étudié plus en détails et repéré plusieurs clins d’œil et symboles dans ses illustrations, qui ne sont pas toujours visibles au premier coup d’œil.

Éléments récurrents :

Comme dans le premier tome, certains éléments apparaissent régulièrement au fil des pages. Certains étaient déjà visibles dans L’École des sorciers, d’autres sont devenus récurrents dans ce tome.

- un gland ou une feuille de chêne : (6 fois) déjà présent à plusieurs reprises dans L’École des sorciers, il apparaît à nouveau dans des lieux magiques ; sur plusieurs bâtiments du chemin de Traverse, mais aussi sur les murs et plafond de Poudlard, ou encore dans le cadre du portrait d’Hagrid, dont la baguette magique était faite de chêne.

PNG - 160.4 ko

- le vif d’or : (5 fois) Un élément moins présent dans le premier tome, sa présence dans des lieux aussi divers que le montant de la porte de Barjow & Beurk, les toilettes de Mimi Geignarde, ou le chemin de Traverse, pourrait rappeler l’importance et le symbolisme du quidditch dans la saga

- les chauve-souris : (5 fois) Souvent associés aux sorcières dans le folklore, parfois surnommées "les gardiennes de la nuit" elles sont un symbole de sagesse, de renaissance. Dans le chamanisme, les chauve-souris sont également associées à la capacité de circuler d’un monde à l’autre, ce qui pourrait faire écho aux voyages constants entre le monde moldu et le monde magique au cours de la saga.

Préfiguration :

À nouveau, l’illustrateur a usé de la préfiguration à de nombreuses reprises dans ses dessins ; en plus des araignées qui deviennent de plus en plus nombreuses au fil des pages (plus de douze apparitions au total) et préparent le lecteur au face à face avec Aragog et ses trop nombreux descendants, on peut également apercevoir la devanture du glacier Florian Fortarôme sur le chemin de Traverse, et le saule Cogneur en en-tête de chapitre ; deux éléments qui prendront de l’importance dans Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban.

Illustrations détaillées :

PNG - 686.9 ko

- Le survol de la campagne en Ford Anglia ; dans la forêt, dans le centre de l’image, on peut apercevoir la silhouette d’un être étrange, qui rappelle "The Beast", l’antagoniste de la mini-série d’animation Over The Garden Wall.

- La vitrine de Barjow et Beurk regorge de clins d’œil ; on peut y voir le symbole des Reliques de la Mort répété plusieurs fois sous l’enseigne ; une grosse araignée ; un poisson sur le côté de la vitrine, symbole chrétien déjà très présent dans le premier tome ; un vif d’or gravé sur le montant de la porte ; un corps reptilien, serpent ou dragon, qui s’enroule sur la colonne à côté de la porte.

- le chemin de Traverse ; On a pu découvrir dans ce tome la suite de l’illustration du chemin de Traverse, déjà bien présent dans le premier livre. Comme dans L’École des sorciers, le dessin regorge de détails amusants et de clins d’œil :

JPEG - 410 ko

- le survol de St Pancras ; les numéros des bus qui circulent dans la rue sont en réalité des initiales et dates de naissance ; on peut ainsi lire "JKR 310765", qui fait bien sûr référence à J.K Rowling, née le 31 juillet 1965. On peut également lire "JEK 040474", qui signifie très probablement Jim E. Kay, né le 4 avril 1974. Deux autres bus figurent dans l’illustration, mais les inscriptions sont illisibles.
Sur le toit de la gare, la sculpture d’un chien est visible sur le sommet du pignon, qui représente sans doute le chien de Jim Kay.

- les toilettes de Mimi Geignarde : gravé dans le mur sur la droite, on peut lire "Myrtle smells of wee" (soit "Mimi sent le pipi" en français). Dans les moulures du plafond, on peut remarquer plusieurs glands et feuilles de chêne, ainsi qu’un vif d’or. Plusieurs chauve-souris dorment également au plafond.

- Dans le portrait de Lockhart, on peut voir derrière lui une phalène, dont la couleur se confond avec les lambris du mur, qui pourrait rappeler la condition d’imposteur du professeur. Là encore, une araignée est présente sur son bureau.

Conclusion :

Si ce deuxième tome semble moins chargé en symboles, Jim Kay a réutilisé de nombreux éléments déjà très présents dans le tome précédent, ce qui renforce la continuité d’un volume à l’autre. On attend avec impatience de voir ce que Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban nous réservera, quels éléments récurrents seront conservés, et lesquels seront introduits !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :